Conférence internationale: Une métropole africaine: Le Caire et son arrière-pays africain au Moyen Âge

0
32

Posté sur

Date de début

Date limite de soumission des articles

Type

Conférences

Date limite de soumission des résumés: Conférence internationale: Une métropole africaine: Le Caire et son arrière-pays africain au Moyen Âge

Julien Loiseau

Langue: anglais.

Les conquêtes arabes des septième-huitième siècles et la formation de l'empire islamique ont donné à l'Égypte une position clé dans la partie nord de l'Afrique et ouvert de nouvelles voies de mobilité et d'échange le long de la rive africaine de la Méditerranée ainsi qu'avec des zones à la au sud, des hauts plateaux de l'Ethiopie au Sahel. Depuis la fondation d'al-Fustat sur les hauteurs du Caire mamelouke à la fin du Moyen Âge, la capitale de l'Égypte islamique était la principale métropole africaine. Sa sphère d'influence atteignait des régions qui n'avaient jamais été connectées, ni jamais aussi intensément, à la partie nord de l'Afrique avant le Moyen Âge.

Cette conférence internationale soutenue par le projet ERC HornEast et accueillie par l'IFAO vise à enquêter sur l'attraction mutuelle entre le Caire et son arrière-pays africain sous tous ses aspects. Les flux de marchandises, de personnes et d'idées à destination et en provenance de la capitale de l'Égypte ont rendu cette attraction apparente dans divers contextes. Cela était bien sûr lié à son emplacement sur les routes principales le long de la Méditerranée et dans la vallée du Nil. Le Caire était également une étape obligatoire sur le chemin de la Mekka pour presque tous les pèlerins musulmans africains. Mais beaucoup plus peut avoir joué un rôle dans l'attraction des sociétés et des individus africains dans la capitale de l'Égypte: la formation précoce d'un milieu intellectuel à Fustat; la création d'une grande cour impériale à al-Qahira; l’importance croissante de la ville comme carrefour diplomatique; l'épanouissement de ses communautés juives; le déplacement du patriarcat copte d'Alexandrie; le développement d’institutions d’apprentissage pour l’islam chiite – puis sunnite -; la réputation des saints musulmans enterrés dans ses cimetières; ainsi que la richesse accumulée dans l'une des villes les plus peuplées du monde médiéval. De l'autre côté, le véritable intérêt des élites cairènes pour l'arrière-pays africain de leur ville, qu'il soit inspiré par les perspectives impériales, les opportunités économiques ou les réseaux intellectuels et spirituels, a fait du Caire le principal centre de production de connaissances sur l'Afrique au Moyen-Âge.

L'objectif de cette conférence est de présenter, pour la première fois dans le même cadre, les relations entre la capitale égyptienne et le continent africain, sur les deux rives du Sahara et du Maghreb occidental à la Corne de l'Afrique, au Moyen Âge . Les contributeurs sont invités à explorer tout cadre d'enquête susceptible d'éclairer l'attraction mutuelle entre Le Caire et son arrière-pays africain.

Les titres et résumés doivent être envoyés à Julien Loiseau (julien.loiseau@univ-amu.fr) avant le 15 février 2020. Des articles seront attendus en février 2021 pour publication dans un volume édité.

https://horneast.hypotheses.org/

Institut français d'archéologie orientale – 37, rue al-Cheikh Ali Youssef B.P. 11562 Qasr al-Aïny 11441 Le Caire – Égyptehttp: //www.ifao.egnet.net Tél. + 20 22 79 00255 – Fax + 20 22 79 44635 et contact

Plus d'information